A 45 : Gaël Perdriau écrit à Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, président de Saint-Étienne Métropole, a adressé ce jour, deux courriers concernant l’A45, l’un à Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, l’autre à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie.

Le maire de Saint-Étienne rappelle notamment les engagements de l'État et l'intérêt de cette autoroute après les dernières déclarations d'un député du Rhône demandant la suspension de ce projet d'intérêt général, comme cela a été confirmé à plusieurs reprises et depuis de nombreuses années.

DSC_0046

Devant une telle tentative de remise en cause et alors même que le Conseil d'État doit se prononcer d'ici quelques jours, Gaël Perdriau a également interpellé les présidents des conseils régional et départemental, partenaires ayant délibérés favorablement pour participer financièrement à ce projet, tous les parlementaires ligériens, les candidats aux élections législatives dans les circonscriptions stéphanoises, ainsi que les acteurs du monde économique, afin que chacun prenne une nouvelle fois ses responsabilités et puisse réaffirmer publiquement tout l'intérêt de cette infrastructure.

Au-delà de l'aspect économique vital, rappelons entre autres, que l'A 45 est inscrite au schéma national des infrastructures de transport (SNIT), dont l'utilité a été confirmée par la commission nationale « Mobilité 21 » et permettra de pallier la faiblesse du niveau de service et de sécurité de l'A 47 qui n'a d'autoroute que le nom.

Les derniers événements de la falaise de Corbeyre qui depuis le 26 avril menace de s'effondrer à tout moment sur l'A 47, entraînant des fermetures partielles et une quasi paralysie des échanges routiers entre la 1ère et la 2ème agglomération de la 2ème région de France, démontre, s'il en étaitencore besoin, que l'A45 est plus qu'une nécessité, un impératif !

perdriau 140

Tenter de vouloir remettre en cause aujourd'hui la réalisation de l'A 45 relève de l'inconscience et d'une faute lourde politiquement, économiquement et en termes de sécurité pour les concitoyens que les élus sont censés représenter en faisant abstraction des intérêts particuliers.

Dans quelques jours maintenant, le conseil d'Etat rendra un avis qui viendra clore un long et minutieux travail conduit par l'ensemble des collectivités territoriales, l'Etat et les acteurs économiques et sociaux concernés.

Aussi il est important qu'aujourd'hui soit réaffirmé, avec force, cet engagement au nom même de la continuité de l'action de l'Etat à laquelle le président de la République a si souvent fait référence tout au long de la campagne présidentielle.